Mi-juin, comme chaque année, j’ai eu à me décider sur quoi je travaillerais durant tout l’été. Si d’habitude, j’opte pour un seul et gros projet (comme ce roman parti fin mai chez L’Atalante, je vous en parlais dans mon bilan du mois de mai), cette année, la tâche s’est révélée plus ardue.

Vous n’êtes peut-être pas sans savoir que j’ai souvent plusieurs romans commencés, que je finis plus tard. (Un ou deux ans après, parfois, le temps d’avoir trouvé LE truc qui posera une conclusion satisfaisante à mes yeux.) En temps normal, je me débrouille pour boucler quelques textes avant l’été. Pas cette année. Je travaille sur des réécritures, essentiellement, depuis septembre : Retour à Mansfield House en fait partie.

Quoi qu’il en soit, cette année, mon choix se porte sur la saison 2 d’Appartiens-moi, la suite de mon roman de fantasy steampunk, la réécriture de Retour à Mansfield House, un gros projet de SF très, très tentant, un nouveau roman fantastique et un autre roman compliqué. J’ai dû me résoudre à mes priorités :

  • La saison 2 d’Appartiens-moi : vous attendez la suite depuis suffisamment longtemps et j’aimerais en finir avec cette série
  • La suite de mon roman de fantasy steampunk : j’ai écrit le premier quart entre mai et juin, ce serait bête d’abandonner maintenant
  • Le nouveau roman fantastique : j’ai une idée très claire de ce que je veux pour ce roman et je sens qu’il est temps pour moi de repartir sur ce genre que j’affectionne tout particulièrement.

Petites astuces pour celleux qui hésiteraient quant à leur(s) futur(s) projets :

  • Commencez par les projets dont vous savez déjà un peu ce que vous en ferez (autoédition, commande, maison d’édition intéressée…)
  • Finissez ce que vous avez commencé
  • Laissez tomber les projets qui ne vous emballent pas.
De savoir choisir ses priorités quand on écrit un roman

Aude Réco

Je suis autrice dans les genres de l’imaginaire et la romance à destination des adultes et des jeunes adultes.

Mes fictions ont un but divertissant, tout en abordant des thématiques qui me sont chères, sans forcément verser dans la morale : passé, identité, famille, différence, vie après la vie. (Parce je préfère voir la mort comme une étape non définitive.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.