En juin, j’ai essentiellement travaillé sur Nous ne reverrons jamais l’été, mon roman de fantasy steampunk. J’étais dessus depuis la mi-mai, avec mes 20000 mots sur les 80000 prévus… et pause. Juste pause. J’ai ressenti le besoin, pendant quelques jours, de me consacrer carrément à autre chose. (Mon Bullet Journal de juillet, notamment.)

Cette bulle hors de mon roman m’a fait un bien fou. Je suis revenue à mon intrigue et à mes personnages avec beaucoup plus de motivation que si j’avais forcé. Le travail en profondeur, c’est aussi ça : savoir se poser des limites et s’arrêter, plutôt que s’obstiner et travailler distraitement.

Écouter ou réécouter “Écrire un roman grâce au travail en profondeur” sur YouTube ou sur votre appli de podcasts habituelle.

Cette pause m’a rappelé beaucoup de choses, d’enseignements que j’avais tirés de précédentes pauses, de précédentes périodes pendant lesquelles je m’interrogeais énormément sur ma place d’autrice au sein de mon propre écosystème d’écriture :

  • On n’écrit pas mieux quand on enchaîne les heures de travail (il paraît que le maximum de concentration est de trois fois une heure trente)
  • Se (laisser) déborder ne sert à rien
  • Se poser des limites est un cadeau que l’on se fait.
Du besoin de faire des pauses dans l'écriture d'un roman

Aude Réco

Je suis autrice et créatrice de contenus sur internet. Je publie au sein de maisons d’édition comme en autoédition. (Petit caveau, Voy'el, Rocambole.)
Mon genre de prédilection est le fantastique. (Avec une préférence pour le gothique.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.