Depuis le temps que je vous parle de mon nouveau roman fantastique (que j’espère boucler avec ce NaNoWriMo), il fallait vraiment que je vous donne quelques détails sur mes avancées. Je ne l’ai que très peu fait depuis cet article où je vous annonçais l’avoir commencé sur un coup de tête. Je vous avais alors dressé une liste de mots-clés, que je m’empresse de vous rappeler :

  • Enfants disparus
  • Temps
  • 1952, 1990, 2021
  • Obscurité
  • Lettres anonymes
  • Secrets
  • Enfance
  • Mémoire.

Comme pour Retour à Mansfield House, je n’ai pas pu m’empêcher d’étendre l’intrigue à plusieurs époques. (Je l’expliquais dans un article récent : un mystère qui dure dans le temps a forcément des répercussions aujourd’hui.) Et comme pour Retour à Mansfield House, les répercussions enflent au fil des chapitres. J’en suis précisément là de La Dernière pièce dans ma tête au fond. Les personnages commencent à tomber comme des mouches. Pour d’autres, il est temps d’affronter la réalité fuie depuis plusieurs dizaines d’années. Pour les derniers, c’est le moment de ne pas répéter les mêmes erreurs.

L’écriture se veut un peu plus laborieuse depuis quelques chapitres parce que j’en arrive à ce stade où les intrigues s’entremêlent pour commencer à former un tout cohérent. Autrement dit, j’ai intérêt à ne pas me planter. (Je rappelle que je travaille sans synopsis sur ce manuscrit.)

Premier point sur l'écriture de La Dernière pièce dans ma tête au fond

Aude Réco

Je suis autrice dans les genres de l’imaginaire et la romance à destination des adultes et des jeunes adultes.

Mes fictions ont un but divertissant, tout en abordant des thématiques qui me sont chères, sans forcément verser dans la morale : passé, identité, famille, différence, vie après la vie. (Parce je préfère voir la mort comme une étape non définitive.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.