Je te l’expliquais la semaine dernière, maintenant, après la théorie, place à la pratique. Et la pratique commence par une reconsidération de soi-même. N’oublie pas que, à partir du moment où tu écris une œuvre de fiction, tu es un·e auteur·rice. Que ton roman soit publié ou non, tu es un·e auteur·rice. Que tu aies une influence ou non sur d’autres auteur·rice·s, tu es un·e auteur·rice.

Aujourd’hui, donc, tu vas apprendre à te reconsidérer par rapport à l’écriture et reconsidérer l’écriture par rapport à toi. Et tu vas écrire, bien entendu.

Le programme Deviens ton propre coach ! est un programme d’auto-coaching. Parce que tu es la personne qui te connaît le mieux, je te propose, chaque mois, un thème sur lequel je reviens un peu chaque semaine, accompagnée de ressources inédites et exclusives : articles, fiches, podcast… Tu trouveras, au bas de cet article, l’exercice de la semaine. À toi de choisir si tu me le rends ou non.

Trouver le temps sans se chercher d’excuses

Je ne suis pas auteur·rice parce que...

Nous l’avons déjà vu dans la semaine 1 de ce programme, l’excuse du temps ne tient absolument pas la route. Autant que celle des sacrifices, d’ailleurs. Profites-en pour te rappeler que ce n’est pas parce que tu n’écris pas tous les jours ni à temps plein que tu n’es pas un·e auteur·rice.

Lire aussi “Choisir d’écrire“.

Si tu souhaites vraiment progresser, il te faut trouver le temps d’écrire sans te chercher d’excuses. Passe des compromis avec tes proches et avec toi-même, revois ton emploi du temps, aménage des créneaux durant lesquels tu pourras travailler en paix.

Écrire, ça se choisit, et c’est pour cette raison qu’un atelier audio guidé t’attend dans la boîte à outils de la semaine.

Ce n’est pas parce que tu n’écris pas tous les jours ni à temps plein que tu n’es pas un·e auteur·rice.

Se mettre au travail sans reporter au lendemain

Oui, ici, je parle bien de procrastination. C’est aussi là que je te ressors mon article de la semaine 8, dédié à l’encadrement de son écriture pour entretenir sa motivation.

Lire aussi “Une écriture encadrée pour entretenir sa motivation“.

Pour une écriture encadrée, tu as besoin de

  • pouvoir écrire tranquillement
  • pouvoir bénéficier d’un temps de pause entre deux sessions de travail.

Pour moi, il n’y a rien de tel que la méthode Pomodoro. (Du nom des minuteurs en forme de tomate, « pomodoro » signifiant « tomate » en italien.)

Je te rappelle ci-dessous ma propre adaptation du Pomodoro :

  • 20 minutes de travail
  • 5 minutes de pause
  • 20 minutes de travail
  • 5 minutes de pause
  • 20 minutes de travail
  • 10 minutes de pause.

Tout à l’heure, dans l’atelier audio guidé, ce sera à toi de jouer, alors, dépoussière ton plus beau minuteur. (Si tu ne souhaites pas utiliser ton smartphone.)

Déculpabiliser l’écriture

La semaine dernière, nous avons abordé la déculpabilisation de l’écriture. (Un gros morceau, si tu veux mon avis.) C’est l’occasion de te rappeler que, en écriture, l’échec n’existe pas… à condition d’en tirer une leçon.

Souvent, les auteur·rice·s culpabilisent à l’idée d’écrire parce qu’iels pourraient se consacrer à une autre activité. (Les tâches du quotidien, par exemple.) Ce point rejoint ce que j’écrivais à propos du temps à aménager. Par ailleurs, rien ne t’oblige à écrire plusieurs heures chaque jour. Tout est dans l’organisation et dans l’optimisation de ton temps, et, cette optimisation se fait par le biais de ce qu’on appelle communément « échecs ».

En écriture, l’échec n’existe pas… à condition d’en tirer une leçon.

Oui, écrire un roman, c’est difficile. Il y a plusieurs aspects à prendre en considération : la préparation (ah ! la joie des recherches ; je t’en reparle juste après), les premières lignes à écrire, le ton à trouver pour la narration et pour chacun des personnages…

À ce titre – et pour te montrer qu’on est vraiment tou·te·s dans la même galère –, je t’invite à consulter mon « Carnet de bord » sur l’écriture d’un roman détente en cours. (Il s’écoute.) Tu pourras y trouver mes astuces pour la construction du roman, le synopsis de travail, mes réflexions sur les premiers chapitres et la création de l’atmosphère, les difficultés que je rencontre, mes avancées… pour te parler de ce sur quoi je travaille, pour que ça ne se fasse pas à sens unique, pour qu’on s’encourage mutuellement et que tu constates que, moi aussi, parfois, j’ai des baisses de motivation, du mal à me concentrer…

Cette semaine, dans ta boîte à outils

Cette semaine, dans ta boîte à outils, je te remets la fiche du mois pour travailler sur tes objectifs et tes mantras, à laquelle j’ajoute l’atelier audio guidé dont je te parlais plus haut. (Un clic sur l’image te permettra d’y accéder. Tu peux aussi récupérer la fiche de travail.)

Cet atelier a pour objectif de t’aider à te dégager du temps de façon régulière (pas tous les jours, je le répète) par le biais de mécanismes dans lesquels tu peux piocher chaque fois que tu en ressens le besoin.

Un pas après l’autre

L’idée de cet article et de l’atelier audio guidé est de te permettre à poser les échelons qui te permettront, à ton rythme, d’accéder à ton idéal en termes d’écriture et d’aménagement de ton temps. Aussi de passer à la pratique, ne nous le cachons pas. Et, puisque l’on parle de pratique, je t’informe d’un gros évènement qui aura lieu en ligne, sur Discord : le premier weekend à écrire. (D’une longue série, j’espère.) Tu peux d’ores et déjà t’inscrire, c’est gratuit. (Inclus dans ton abonnement à la communauté.)

Aude Réco

Je suis autrice et créatrice de contenus sur internet. Je publie au sein de maisons d’édition comme en autoédition. (Petit caveau, Voy'el, Rocambole.)
Mon genre de prédilection est le fantastique. (Avec une préférence pour le gothique.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.