Marièke (du blog Mécanismes d’histoires) m’a proposé de participer à un TAG d’écriture : 35 questions pour se connaître. Vous mourez d’envie de savoir comment j’écris un roman, depuis combien de temps j’écris ou qui est mon personnage préféré dans tout ce que j’ai écrit ? Tout est dans ce tag d’écriture !

TAG d’écriture pour se (me) connaître

TAG d'écriture : 35 questions pour se connaître

#1. Qui es-tu ?

Je m’appelle Aude, j’ai 31 ans et je suis autrice. Je tiens aussi un blog et une chaîne, et propose un podcast hebdomadaire lié au bien-être quand on est créateur·rice.

#2. Où peut-on te retrouver ?

Ici, sur le blog. Comme je l’écrivais plus haut, il y a la chaîne et le podcast, mais, aussi, les réseaux sociaux. (Surtout Instagram où je publie de fréquentes stories, dont une chaque matin, qui contient un message positif, bienveillant ou encourageant.)

ChaînePodcastInstagram

Origin story

#3. Depuis combien de temps écris-tu ?

J’ai écrit ma première nouvelle à l’âge de huit ans, mais j’écris « vraiment » (entendre par là dans le but de m’améliorer, puis de publier) depuis une quinzaine d’années.

#4. Quel a été ton premier projet ?

Mon premier « vrai » projet a été une saga en trouze mille tomes, avec des divinités égyptiennes, du voyage dans le temps et beaucoup trop de personnages. Comment ça, ça ressemble à Stargate : SG-1 ?

#5. Quand as-tu fini ton premier projet ?

Jamais ! J’ai laissé tomber au bout du cinquième ou sixième tome. L’envie n’était plus là, et j’ai dû me rendre compte de la merde dans laquelle je m’étais embarquée.

#6. Quels sont les enseignements que tu en as tiré ?

Ne pas vouloir mettre tous les œufs dans le même panier, garder des idées pour d’autres tomes ou one-shots

Toi, auteur ou autrice

#7. As-tu fait ton coming-out* d’auteur ou d’autrice ? As-tu annoncé à tes proches (famille, collègues, couple…) que tu écrivais ?

Mon père a été mon tout premier lecteur, donc, oui, à un moment, ça s’est su. Mes « collègues » sont aussi auteur·rice·s, donc… Tout le monde est au courant.

* Je reprends, ici, l’appellation « coming-out », car il s’agit des questions du TAG, mais, vraiment, j’estime que ce terme n’a rien à faire dans ce contexte.)

#8. Pourquoi écris-tu ?

Je crois qu’on tient la deuxième place du podium des questions qui me gonflent le plus ! (Avec « Où trouves-tu l’inspiration ? »)
J’écris parce que j’aime ça. Je n’ai pas besoin d’une raison pour me faire plaisir.

#9. Que lis-tu ? Un·e auteur·rice de prédilection ?

J’aime beaucoup les romans de Jules Verne, mais, il faut bien dire que, les personnages féminins, ce n’était pas son truc ! Autrement, je n’ai pas d’auteur ni d’autrice de prédilection. Je ne fonctionne pas à l’auteur·rice, mais au bouquin, à la couverture, au résumé. (À la maison d’édition, dans certains cas.)

#10. Quel(s) genre(s) écris-tu ?

J’écris principalement de la SFFF, mais, depuis quatre, cinq ans, je me tourne de plus en plus vers la romance. Pour les genres de l’imaginaire, j’ai un goût tout particulier pour le fantastique et le gothique. La fantasy arrive juste derrière. Côté SF, c’est un peu le désert de Gobi, mais je travaille sur un gros projet depuis environ dix ans.

#11. As-tu un thème de prédilection ?

On dirait que j’ai répondu à la question précédente.

#12. Quel est ton personnage préféré dans tout ce que tu as écrit ?

J’aime beaucoup Adrien, dans mon western steampunk. Il est l’un de mes personnages qui évoluent le plus, il passe vraiment de la passivité à la prise d’initiatives, et son caractère change au fil de l’histoire. Il ne se contente plus de subir ce que les autres ont décidé pour lui, il se dresse, d’abord maladroitement, bien sûr, puis avec de plus en plus d’aisance. (Même si ce n’est pas uniquement de son fait.)

#13. As-tu un défaut d’écrivain·e ?

Je dirais les descriptions trop longues ou trop courtes. J’ai tendance à faire ça vite dans les scènes d’action et hyper lentement dans mes romans historiques et fantastiques/gothiques.

#14. Ta qualité d’écrivain·e, c’est quoi ?

Excellente question ! Étant donné que je pars du principe qu’un·e auteur·rice évolue tout au long de chacun de ses textes, l’une de mes qualités d’autrice d’aujourd’hui me paraîtra complètement banale demain, donc…

#15. Quelle est la pire critique que l’on pourrait te faire en tant qu’auteur·trice ?

Que mes personnages féminins se comportent trop comme des mecs. (Critique déjà formulée et à laquelle j’avais répondu dans un billet de blog sur les stéréotypes.)

Lire aussi “De la représentation féminine par rapport à leurs homologues masculins”.

#16. Et la meilleure ?

Franchement, je n’en sais rien. Je crois que, tant que mon texte embarque læ lecteur·rice au-delà de ses espérances, c’est tout bon. Si on aime détester l’un de mes personnages aussi !

Tes habitudes

#17. Café ou thé ?

Café, indéniablement ! Même si j’ai une collection de thés dans le buffet de la cuisine et que j’en bois de plus en plus souvent.

#18. Grignotage ou pas ?

Non. (Sauf quand j’écris avec quelqu’un, ce qui ne m’arrive, en moyenne, qu’une fois par mois.)

#19. Matin ou soir ?

Matin ! Tôt, de préférence. Entre 5 h 30 et 7 h 30, c’est parfait.

Lire aussi “Comment j’intègre l’écriture à ma routine quotidienne ?”

#20. Bibliothèque ou café ?

Mon bureau, avec mon Champollion. À la bibliothèque, j’aurais l’impression de faire trop de bruit et, au café, les autres en feraient trop pour moi.

#21. Musique ou silence ?

Silence ou playlist de jazz instrumental. Si ça chante, immanquablement, je chante aussi.

#22. Si c’est en musique, tu nous partages ta playlist du moment ?

Je n’ai pas de playlist du moment. En revanche, j’aime beaucoup la chaîne Lounge Music sur YouTube.

#23. Carnet ou ordinateur ?

Carnets. J’écris tellement mieux sur papier ! Je prends davantage le temps de poser les choses, je n’ai pas envie de gaspiller une page entière. Autre point très pratique sur l’écriture papier, c’est que, au moment de taper, tu peux déjà faire un tri dans ton premier jet, supprimer des passages, en remanier d’autres, en ajouter… C’est une étape très active, plus qu’une relecture, je trouve.

#24. Un projet ou plusieurs ?

Plusieurs projets, toujours. Je fonctionne mieux en switchant d’un projet à l’autre : un en préparation, un en cours d’écriture (minimum, là, j’en ai cinq) et un en corrections.

#25. Quel est ton rituel d’écriture ?

Aucun. Je me pose et j’écris. Si je commence à établir un rituel, mon créneau favori d’écriture sera terminé, alors que je n’aurais presque rien écrit.

#26. Quelle est ton application d’écriture préférée ?

Writeometer dispose d’un timer que j’utilise souvent pour rester concentrée. De juste savoir qu’il faudra que je rentre, à la fin, un nombre de mots que j’estimerai satisfaisant me motive.

#27. Tu nous parles de ton bureau ?

Mon bureau est trop petit, mais, je pourrais bien disposer d’une maison entière que ça ne me suffirait pas. Il y a un quoi détente avec un fauteuil pour le chien et un pour moi, mes bibliothèques, mon plan de travail et beaucoup d’objets personnels et de photos.

Ta méthode

#28 Pantser ou planner ?

Je planifie absolument tout ce que je peux, alors, planner.

#29 As-tu une méthode d’écriture ? Laquelle ?

Ce qui me vient selon le roman, sa chronologie, ses personnages… Tout, sauf la méthode du flocon, que je trouve restrictive. Ma méthode change selon le texte, selon s’il s’inscrit dans une duologie ou une trilogie… (Bien que je leur préfère de loin les one-shots.)

#30. Comment se passe, en gros, l’écriture d’un roman pour toi ? Quelles sont les grandes étapes ?

D’abord, je pense très longtemps au roman. En général, il peut m’accompagner pendant plusieurs mois sans que je ne note rien sur lui, son contexte, ses arcs narratifs…
Ensuite, vient le moment où je m’essaie à quelques scènes test pour voir qui accroche avec qui, quel ton adopter, décrire un peu certains lieux importants. C’est l’étape pendant laquelle je m’acclimate et où tout commence à prendre vie.
Là, normalement, j’ai les grandes lignes du roman, que je note, puis je laisse reposer tout ça jusqu’à ce que les intrigues secondaires me viennent. À côté, je continue avec mes scènes test, j’ajoute des personnages et en supprime d’autres.
Après avoir bien laissé reposer, j’écris le premier tiers de mon synopsis de travail, puis entame l’écriture. Je remanie mon synopsis et écrit la suite au fur et à mesure.

Tes projets

#31. Quels sont les projets que tu as terminé ?

Mon western steampunk, les livres que j’ai publiés (Les Murmureurs, Les Sempiternels, Noces d’éternité, La Belle au lys, Cœur sommeil, Faiseur de rêve, Au Bon-Air, Appartiens-moi…), mon roman super compliqué, quelques romans de fantasy YA… Une vingtaine de romans et novellas en tout.

#32. Quel est ton projet en cours ?

En ce moment, je peaufine mon guide anti procrastination pour qu’il sorte début juin. C’est une reprise d’Aujourd’hui, j’écris !, mais avec des chapitres supplémentaires et des exercices. L’idée, dans ce bouquin, est de comprendre la procrastination (qui n’est pas de la flemme) pour atteindre ses objectifs, de se comprendre pour déterminer les raisons qui font qu’on procrastine.

View this post on Instagram

Comprendre la procrastination. . Fâcheuse tendance à reporter au lendemain (ou à jamais) ce que l'on peut faire le jour même, la procrastination est un fléau pour qui aimerait (se mettre à) écrire. Ce terme, né du latin pro (« en avant ») et crastinus (« du lendemain »), est entré dans le langage courant il y a quelques années, mais beaucoup pensent encore, à tort, qu'un·e « retardataire chronique » est quelqu'un qui ne fait rien. (Un·e fainéant·e, n'ayons pas peur des mots, c'est précisément le domaine qui nous intéresse ici.) . Écrire, c'est maîtriser certaines bases fondamentales, à commencer par le contraire de la procrastination. Écrire, c'est agir. C'est trouver la motivation nécessaire pour alimenter la machine. C'est se constituer une boîte à outils anti procrastination. . Écrire, c'est aller au devant de ses angoisses et ne pas se laisser impressionner par la quantité de travail à fournir. Mais, en toute honnêteté, écrire, c'est aussi procrastiner. Parfois. Oui, la procrastination a du bon, mais, comme pour les chocolats, il ne faut pas en abuser. . 📗 Les premières pages de mon guide anti procrastination seront sur mon Patreon dès jeudi : patreon.com/audereco (Les préco bientôt.) . #ecriturecreative #ecrireunroman #writing #writer #vismaviedautrice #viedautrice #viedauteur #author #authorlife #writerlife #bookstagram #instabook #indiwriter #indiewriters #indieauthorsofinstagram #roman #publication #autoedition #organisation #methode #astucesdecriture #writingtips

A post shared by Aude | astuces d'écriture (@aude.reco) on

Pour conclure

#33. Aimerais-tu devenir écrivain·e à temps plein ?

Je le suis déjà.

#34. Un conseil pour quelqu’un qui commencerait à écrire ?

Contrairement à certain·e·s auteur·rice·s, je ne lui conseillerai pas de commencer par écrire ce qui se vend. Pour moi, c’est un coup à se dégoûter de l’écriture. Donc, si quelqu’un veut commencer en écrivant une saga, qu’il se lance ! Si un·e aspirant·e auteur·rice fait absolument tout ce qu’on lui comme on le lui dit, iel n’apprendra rien. Il faut commettre des erreurs et, plutôt que culpabiliser (par exemple), en tirer une leçon pour ne plus les répéter.

#35. Une autre question à laquelle tu souhaiterais répondre ?

Je viens de répondre à 34 questions, je crois qu’on a fait le tour !

Je remercie Marièke pour ce TAG d’écriture. N’hésitez pas à aller lire ses réponses sur Mécanismes d’histoires !

Avatar

Aude Réco

30 ans, autrice, blogueuse, YouTubeuse.
J'aide les auteur·rice·s à dépasser leurs craintes grâce à mes contenus.
Astuces d'écriture et organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.