Je le disais dans l’épisode précédent : la précrastination n’est pas la seule raison pour laquelle on accomplit une tâche tout de suite. Ce n’est donc pas forcément pour s’en débarrasser que l’on s’en occupe dans l’immédiat ; parfois (souvent ?), c’est parce qu’on cède au syndrome de l’objet brillant.

Créactivité, l’émission des auteur·rice·s qui se posent des questions. Imaginée pour les créateur·rice·s, elle s’intéresse plus à l’humain et moins à la technique.

Qu’est-ce que le syndrome de l’objet brillant ?

Syndrome de l'objet brillant et écriture

Le syndrome de l’objet brillant, c’est quand on court après cinquante objectifs à la fois, quand on se laisse attirer par les dernières nouveautés, par une toute nouvelle idée (ici, de roman, par exemple), bref, quand on s’éparpille. Et s’éparpiller, on l’a vu la semaine dernière, c’est épuisant.

Pourquoi ce syndrome de l’objet brillant ?

Le syndrome de l’objet brillant, c’est un gros n’importe quoi, une attirance que l’on a pour la nouveauté (tout nouveau, tout beau !) et qui fait que l’on s’éparpille, que l’on teste mille et une stratégies sans en tirer d’enseignement ; que l’on suit une énième formation qui ne nous apportera rien parce qu’on va vite vite s’en lasser ; que l’on achète un logiciel de plus pour écrire, alors que, au fond, on sait qu’il n’y a rien de tel que le bon vieux Word… (Bon, sur ce dernier point, je pense surtout à moi ; les logiciels d’écriture, c’est pas mon truc.)

Une réaction adaptée

Quand on est sujet·te au syndrome de l’objet brillant, il n’y a pas trente-six solutions pour s’en débarrasser : il faut avoir une réaction adaptée.

Je vous donne toutes mes astuces pour comprendre, puis éradiquer votre syndrome de l’objet brillant dans l’épisode 32 du podcast :

Aude Réco

Je suis autrice dans les genres de l’imaginaire et la romance à destination des adultes et des jeunes adultes.

Mes fictions ont un but divertissant, tout en abordant des thématiques qui me sont chères, sans forcément verser dans la morale : passé, identité, famille, différence, vie après la vie. (Parce je préfère voir la mort comme une étape non définitive.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.