Dans les deux premiers articles de cette série, j’ai parlé de l’illusion d’être multitâche et du problème de la satisfaction sur le court terme. Aujourd’hui, j’aborde une mauvaise habitude qui regroupe un peu des précédentes.

  • Ne pas savoir où l’on va laisse place à la distraction.

Je parle ici, évidemment, de la distraction occasionnée par le mythe du multitâche (avec le syndrome de l’objet brillant, j’y reviens après) et par la recherche de satisfaction sur le court terme.

S’il donne le sentiment d’avoir bien travaillé, le syndrome de l’objet brillant est bien une illusion : on avance sur des petits bouts de projets, un chapitre par-ci, une vague correction par-là, une To-Do List gribouillée à l’arrache entre les deux. Une To-Do List que l’on aura toutes les peines du monde à compléter si l’on ne se fixe pas un minimum d’objectifs.

Je sais que les objectifs sont parfois perçus comme une forme de contrainte, surtout dans les milieux créatifs. On aimerait pouvoir écrire à l’envie, mais la réalité du métier est tout autre. (Pour peu qu’on envisage l’écriture comme un métier, bien sûr.) C’est à force de travail et de discipline que l’on vient à bout d’un roman, puis d’un autre. En ce sens, les objectifs permettent de dresser un plan de route.

Si l’idée de vous en fixer quelques-uns vous rebute, commencez tout doux : dressez une liste de ce que vous aimeriez faire et suivez vos envies ; et dès qu’une tendance se dessine, resserrez un peu la vis en vous concentrant sur ce projet, même quand l’envie fluctuera. Peu à peu, vous apprendrez à mêler envie et discipline. (Parce que flux créatif et obligations ne sont pas incompatibles. J’en parlais dans ma Bulle créative #11, si ça vous intéresse.)

Pour aller plus loin, notez un live spécial « mauvaises habitudes des auteur·rice·s » et comment y remédier le vendredi 15 juillet 2022, dès 19 heures, sur ma chaîne YouTube. (Abonnez-vous pour ne pas le louper !)

5 mauvaises habitudes quand on écrit un roman #3

Aude Réco

Je suis autrice dans les genres de l’imaginaire et la romance à destination des adultes et des jeunes adultes.

Mes fictions ont un but divertissant, tout en abordant des thématiques qui me sont chères, sans forcément verser dans la morale : passé, identité, famille, différence, vie après la vie. (Parce je préfère voir la mort comme une étape non définitive.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.