J’ai eu l’occasion d’en parler brièvement dans mon deuxième point pour le NaNoWriMo 2021 : faut-il écrire tous les jours ou suivre le flux ? J’exposais mon point de vue en ces termes :

Je pense qu’il est important de suivre son flux créatif malgré les obligations. (Notamment celle de survivre grâce à un métier qui ne rapporte pas monts et merveilles, la plupart du temps.) Néanmoins, je sais aussi qu’il est important de maintenir une certaine rigueur dans son écriture – ce qu’on appelle routine –, et que ce n’est pas juste en suivant le flux que l’on peut s’y tenir. Je reste toutefois persuadée que l’on peut lier les deux : profiter du flux créatif pour créer, créer, créer, tout en se disciplinant et profiter des périodes plus creuses pour se ressourcer.

J’abordais déjà le sujet dans mon podcast Créactivité avec les menstruations. Malheureusement, dans beaucoup de cas, elles influencent la créativité et l’énergie que la personne est capable d’injecter dans sa créativité. (Et pas seulement dans sa créativité.) Je me souviens qu’avant, mon flux créatif s’adaptait à mon flux menstruel. Ça a duré de nombreuses années avant que j’y remédie. (Plutôt par rapport à mes migraines hormonales, mais le traitement me permet aussi, accessoirement, de créer plus librement depuis que je le prends.)

Suivre le flux créatif ne dépend donc pas forcément que de nous-mêmes. J’ai pris l’exemple des menstruations, mais ça fonctionne avec plein d’éléments de la vie quotidienne : semaines et weekends, siestes du bébé, bonnes ou mauvaises nouvelles… C’est pour contrer ces aléas du quotidien que certain·e·s auteur·rice·s ne jurent que par leur routine, leur rigueur, leur autodiscipline. Iels écrivent coûte que coûte, aux jours et aux heures prévus. Il faut un mental d’acier pour y parvenir, mais c’est en essayant régulièrement (voire chaque jour quand c’est possible) que l’habitude s’installe et que le cerveau ne la considère plus comme étrangère à son fonctionnement. Pourtant, d’autres auteur·rice·s ne parviennent à écrire qu’en suivant leur flux créatif, c’est-à-dire sans avoir le sentiment de se mettre la pression. (Comme écrire 1667 par jour pendant le NaNoWriMo.) Pour elleux, l’astreinte est contre-productive. Elle ne leur permet pas de développer une habitude, mais bloquent leur créativité et leur envie de créer.

Moi, de mon côté, je reste persuadée que l’on peut adopter une routine qui suive le flux créatif, donc, d’en profiter pour créer de façon régulière pendant chaque période où le flux est présent. La créativité est ainsi faite. Elle est comme un muscle qu’il nous faut entretenir, mais, à moins de pouvoir en faire son métier, la vie quotidienne et ses aléas nous rattrapent vite. Il n’est cependant pas impossible de se forger un mental adapté pour ne pas laisser la négativité réduire à néant nos efforts de créativité. Comprendre son flux créatif est une étape difficile, mais essentielle pour réussir à créer librement.

J’ai initialement partagé cette réflexion dans mon journal du NaNoWriMo 2021, sur mon Patreon. Vous pouvez devenir contributeur·rice dès 3 € mensuels. Merci de soutenir la création indépendante !

Écrire tous les jours ou suivre le flux ?

Aude Réco

Je suis autrice et créatrice de contenus sur internet. Je publie au sein de maisons d’édition comme en autoédition. (Petit caveau, Voy'el, Rocambole.)
Mon genre de prédilection est le fantastique. (Avec une préférence pour le gothique.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.