DROIT D’AUTEUR ET WATTPAD : PLAGIAT, FANFICTIONS ET COUVERTURES

Avant de publier sur Wattpad (avant de publier tout court, et cela concerne le milieu de l’autoédition), il convient de se poser certaines questions, notamment sur le droit d’auteur :

  • mon texte est-il original ? (Dans tous les sens du terme, j’y reviendrai) ;
  • ai-je le droit de publier ce texte ? (Dans le cas des fanfictions, pour lesquelles certain·e·s auteur·rice·s sont clairement contre) ;
  • l’image de ma couverture est-elle libre de droit ? (Et si oui, on pense à en créditer l’auteur·rice, non par gentillesse, mais parce que c’est la loi, sauf cas à part.)

Quand je parlais de l’originalité de votre texte, je pensais notamment au plagiat. Où commence-t-il et où s’arrête l’inspiration ?

Il y a une différence entre s’inspirer d’une œuvre, d’une scène, d’une description, voire d’un personnage, et réutiliser la même association d’idées, par exemple.

Je vais brièvement reprendre un cas croisé récemment : une autrice Wattpad se demandait si elle avait affaire à un cas de plagiat sur son histoire, car une autre personne s’était inspirée de son maître du temps et d’un voleur. On a déjà tou·te·s lu ou repris ce principe de temps volé. Surtout, on connaît tou·te·s au moins un très célèbre Maître du Temps, plutôt un Seigneur du Temps ; je parle naturellement du Docteur, de la très vieille série britannique Doctor Who.

Les idées entièrement originales n’existent pas.

Il faut savoir que les idées entièrement originales, ça n’existe plus. L’être humain inventant des histoires depuis la nuit des temps (encore lui), on comprend aisément que toutes les intrigues et situations aient déjà été exploitées. On ne parle pas de plagiat pour autant.

Avant de publier sur Wattpad et avant même de commencer à écrire un texte, interrogez-vous sur votre part d’inspiration. Quelles en sont les influences et à quel degré influent-elles sur l’intrigue, le caractère des personnages, etc. ?

LES FANFICTIONS ET LE DROIT MORAL

Certain·e·s auteur·rice·s, dont Robin Hobb – autrice de L’Assassin royal et des Aventuriers de la mer –, refusent catégoriquement les fanfictions basées sur leurs univers et leurs personnages. Et, si vous publiez quand même les vôtres, légalement, vous ne respectez pas le droit moral de l’auteur·rice.

QU’EST-CE QUE LE DROIT MORAL ?

Pour celleux qui l’ignoreraient, le droit moral reconnaît la souveraineté d’un·e auteur·rice sur son œuvre, læquel peut demander à ce qu’elle ne soit pas exploitée d’une manière qui lui déplairait, afin de préserver son intégrité.

LES IMAGES LIBRES DE DROIT

Et, puisque l’on parle de droits, penchons-nous sur le cas de ces nombreuses couvertures aux images/illustrations non libres de droit. Des images pour lesquelles des artistes attendent une rémunération en échange de leur exploitation. On parle ici d’exploitation de l’œuvre, et elle entre dans le cadre des droits patrimoniaux. Attention aussi à certaines images libres de droit, mais non destinées à un usage commercial. (S’il vous venait l’envie d’autoéditer votre texte prépublié sur Wattpad en reprenant la même couverture.)

On ne vous reprochera pas de vouloir une couverture gratuite pour votre fiction sur Wattpad, mais il existe des sites pour trouver votre bonheur : Pixabay regorge de photos, d’illustrations et d’images vectorielles. J’utilise aussi Canva pour certaines couvertures (très pratique pour les gabarits), pour illustrer mes articles de blog et créer les miniatures de mes vidéos.

POUR ALLER PLUS LOIN : AU-DELÀ DE WATTPAD

Le 23 avril, à l’occasion de la Journée mondiale du droit d’auteur, j’ai lancé un fil sur le sujet. Et parce que 67% des personnes ayant répondu à mon sondage ont déclaré ne pas savoir définir le droit d’auteur, je complète mon article.

QU’EST-CE QUE LE DROIT D’AUTEUR ? 

On a tou·te·s déjà entendu parler du droit d’auteur et du copyright. (Car, oui, il existe une différence.) Mais vous, sauriez-vous définir le premier ? Expliquer à quelqu’un de quoi il s’agit ?

Il est important de rappeler que les deux sont différents ; même Wiki fait la part des choses. Sur la page du copyright, il est indiqué :

« Le copyright relève plus d’une logique économique et accorde un droit moral restreint, là où le droit d’auteur assure un droit moral fort en s’appuyant sur le lien entre l’auteur et son œuvre. »

Pour consulter l’article, c’est sur Wikipédia.

LE DROIT MORAL PLUS EN DÉTAIL

Le droit moral concerne le respect de l’œuvre. Il reconnaît la souveraineté d’un·e auteur·rice sur son œuvre. Un·e auteur·rice peut demander à ce qu’elle ne soit pas exploitée d’une manière qui lui déplairait, afin de préserver son intégrité.

Le droit moral implique, entre autres, que l’œuvre ne devra pas être altérée et devra être exploitée conformément aux vœux de son auteur·rice… Il comporte aussi le droit de retrait (en France, en Grèce et en Italie, du moins) et le droit de paternité. Celui-ci consiste à ce que tout·e utilisateur·rice mentionne le nom et la qualité de l’auteur·rice de l’œuvre. Il permet aussi d’utiliser un pseudonyme ou de publier des œuvres de façon anonyme.

En France, le droit moral est inaliénable, c’est-à-dire que l’auteur·rice ne peut pas le vendre ni y renoncer. Aux USA, par exemple, il est cessible sous certaines conditions. Au Japon aussi. En France aussi, d’une certaine manière, mais il s’agit plutôt d’un transfert après la mort du créateur.

LES DROITS PATRIMONIAUX

Les droits patrimoniaux concernent, eux, l’exploitation de l’œuvre et relèvent de la logique économique. En effet, une œuvre est destinée à être partagée au public, lequel va donner de l’argent en échange de ce travail. Sachez qu’une œuvre fait partie de votre patrimoine, et, si tout se goupille bien, vous céderez vos droits contre rémunération.

LE COPYRIGHT

C’est bien beau, tout ça, mais c’est quoi, le copyright, du coup ? Simple, c’est la « loi de l’argent ». Le copyright est relatif aux droits patrimoniaux, à l’exploitation de l’œuvre, donc.

S’il est reconnu à l’échelle mondiale, il faut savoir que le droit moral qu’il mentionne est secondaire aux droits patrimoniaux.

Dans ce régime, le droit moral peut être cédé, acheté, et son acquéreur·e en fait ce qu’iel veut. En ce sens, il est réduit, bien que nommé et présent, car il faut quelqu’un à qui attribuer l’exploitation de l’œuvre.

DROIT D’AUTEUR, COPYRIGHT ET CREATIVE COMMONS

Concrètement, pourquoi est-il important de différencier le droit d’auteur du copyright ?

Le premier protège læ créateur·rice. Le second peut être considéré comme une marchandise. Il est inutile de rappeler l’importance du droit moral, sans lequel on pourrait dire adieu aux licences Creative Commons. En effet, celles-ci permettent à des artistes d’abandonner leurs droits patrimoniaux, tout en restant attribuées à son œuvre. Ces licences sont très intéressantes au niveau du partage, car elles s’efforcent de trouver un équilibre entre ce partage et la protection de la personne qui créé.

 

Si vous avez des doutes quant à une idée ou l’exploitation d’une image, parlez-en autour de vous. Mieux vaut avant qu’après. D’autant qu’avec tous les cas dont on parle sur les réseaux sociaux et les illustrateur·rice·s qui s’indignent régulièrement, il est difficile de feindre l’ignorance de la loi.

Je rappelle aussi que publier un roman déjà paru (sur Wattpad, au sein d’une maison d’édition ou en autoédition) est une violation du droit d’auteur. Même en modifiant les identités les identités. Par ailleurs, publier une fanfiction avec des personnes réelles est une très, très mauvaise idée. Encore plus si vous participez à une forme de harcèlement. (Oui, j’ai lu des choses pas très jolies, dernièrement.)

Droit d’auteur et Wattpad : plagiat, fanfictions et couvertures
Étiqueté avec :        

3 avis sur « Droit d’auteur et Wattpad : plagiat, fanfictions et couvertures »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram