227977 mots écrits en 2016, presque 350000 cette année (oui, elle n’est pas finie), mais ce n’est pas la quantité qui compte, vous dis-je. Car, en 2017, j’ai réussi à écrire plus chaque mois que celui de l’année dernière. Et ça, c’est une avancée suffisante pour m’avoir permis l’envoi de plusieurs romans tout au long des derniers mois.

2017 ou le réapprentissage de moi-même

 

Si tout n’a pas été idéal par rapport à mes objectifs de début d’année (j’y reviendrai), si j’ai dû continuer à composer avec mes problèmes de santé, j’ai pu écrire de façon régulière, malgré quelques baisses de régime et des projets non bouclés.

2017 ET L’ÉCRITURE

Comme écrit plus haut : presque 350000 mots en 2017 et chaque mois a été plus prolifique que son équivalent de 2016. Surtout, j’ai pu travailler sur certaines réécritures, en plus de corrections.

Au rayon des projets en cours, on a :

  • Ocre rouge, tome 2 : enfin, ce qu’à terme, je risque d’appeler « partie 2 », car n’ayant pas reçu de réponse du seul éditeur à qui j’ai pu l’envoyer, je prévois de réunir les trois parties pour réessayer ailleurs ;
  • #LancerDeDés : de l’urban fantasy dans un village irlandais, un personnage principal trans, des familles en proie à des évènements qui se répètent au bout de dix ans ;
  • Par le sang du loup : là, je pars sur une réécriture, alors la prépublication sur Wattpad est un peu en pause, mais je m’y remets au plus tard pour les vacances de Noël ;

  • #Poulpinou : du space-opéra et comme je n’en maîtrise pas forcément les codes, c’est un vrai exercice que d’avancer dans ce projet qui germe depuis presque dix ans.
  • les autres chantiers : on cogite et on prend des notes, on se pose pour regarder des documentaires et écouter des podcasts en prévision de la suite.

 

Asexualité et construction de l’intimité en ligne. #podcast #asexualité #memoire #soundcloud

Une publication partagée par Aude Réco (@aude.reco) le

2017 ET LES ENVOIS DE MANUSCRITS

L’année 2017 aura vu l’envoi de quatre manuscrits : le tome 1 d’Ocre rouge, une nouvelle pour le labo Walrus, un roman pour l’AT Sorcellerie chez MxM Bookmark et le Projet Plume. Le premier n’a pas eu de suite depuis mars. La nouvelle a été acceptée, puis publiée en ligne. Pour le troisième, envoyé le 1er novembre, j’attends. (Et j’ai vu que l’AT était prolongé jusqu’à janvier, me semble-t-il, pour celleux que ça intéresse.) Enfin, le quatrième est parti il y a deux mois, avec un délai annoncé de trois pour la réponse.

Parmi eux, j’ai testé de nouvelles choses pour trois textes. Ocre rouge est mon premier steampunk, écrit en 2015 et prolongé de presque 100000 mots prévisionnels. Nés d’orage et de boue était plus une expérimentation courte qu’autre chose. Je n’avais pas d’intentions éditoriales, et puis le Labo a ouvert ses portes et je me suis dit « Allons-y, Alonso ! » Quant au roman pour l’AT Sorcellerie, je me suis lancée sans synopsis. Le bébé pèse 80000 mots entre l’Irlande des dieux gaéliques et le Londres victorien.

2017 ET LES LIVRES

Trop peu de livres lus en 2017, mais les migraines répétitives ne sont pas idéales à la lecture. J’ai néanmoins lu une quarantaine de bouquins sur une prévision de 52. (Un par semaine.) Certains sont des pavés, d’autres des petits livres jeunesse ; je pense avoir bien équilibré la balance et tâcherai de faire mieux l’an prochain.

Goodreads 2017

Mentions spéciales à Kate Morton pour Les Heures lointaines (si vous aimez les secrets de famille et les récits historiques), à Agatha Christie pour La romancière et l’archéologue, et à José Luis Munuera pour le tome 1 de Zorglub. (Mon méchant de BD préféré de tous les temps.)

2017 ET LES AUTRES

2017 aura aussi été l’occasion de co-créer le collectif des Hybrides. Il est au point mort en cette fin d’année, mais on revient l’année prochaine avec des idées. J’ai aussi publié des articles chez We need more safe sex books, un blog collectif qui traite de safe sex sous toutes ses formes : pratiques, protections, consentement… Je m’étais penchée sur le cas de Sade, puis de la Dark Romance. Je reviendrai début 2018 avec d’autres articles.

Chez les autres, on notera notamment la publication des Sempiternels, ce 24 décembre, chez Walrus. Trois chroniques sont déjà tombées, dont deux depuis que j’ai commencé à rédiger cet article.

 

Une année bien remplie, qui je l’espère, débouchera sur une suivante tout aussi créatrice et porteuse de projets. (Quelques-uns me trottent dans la tête, pas uniquement portés sur l’écriture en tant que telle, mais  c’est une autre affaire à suivre.)

2017 ou le réapprentissage de moi-même
Étiqueté avec :                        

3 avis sur « 2017 ou le réapprentissage de moi-même »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *