Nous allons prendre l’exemple d’un oignon. Un oignon présente plusieurs couches. (Dont certaines, glissantes, font déraper ledit oignon entre les doigts, quitte à ce que vous vous en coupiez un.) Imaginez que chacune de ces couches représente un élément de mon texte.

D’abord, il y a le premier jet en tant que tel, le texte brut. La plupart du temps, je retranscris, sous forme de narration et de dialogues, le contenu de mon synopsis de travail. C’est assez factuel, hormis pour les scènes d’action ou de suspens, que je travaille tout de suite en stade 2. (En parallèle de ce stade 1, donc.)

Le stade 2, c’est l’ajout des descriptions. Entre les lignes de la narration et les dialogues, je glisse quelques éléments de décor, des couleurs, une atmosphère… Mais l’ensemble manque encore de quelque chose.

Ce sont les émotions. Je termine toujours par elles, car il n’est pas dit que je ne modifie aucun dialogue lors des phases précédentes, ou que je déplace un évènement à un autre moment de l’histoire, là où il n’aurait peut-être plus le même sens émotionnellement parlant.

Enfin, s’il y a besoin, je reviens sur les descriptions pour ajouter du détail. Pas forcément des informations utiles à la compréhension du texte, mais qui participeront grandement à son ambiance. (Si vous ne voyez pas de quoi je parle, lisez un Stephen King – au hasard, Bazaar – et vous comprendrez.)

Voici mon oignon, couche par couche. C’est très simple et plutôt propret, idéal, je trouve, pour ne pas s’emmêler les pinceaux ni devoir chambouler des paragraphes entiers parce qu’une émotion ne correspond plus à un évènement. (Par exemple.)

Mes couches de roman : du premier jet au rendu final

Aude Réco

Je suis autrice dans les genres de l’imaginaire et la romance à destination des adultes et des jeunes adultes.

Mes fictions ont un but divertissant, tout en abordant des thématiques qui me sont chères, sans forcément verser dans la morale : passé, identité, famille, différence, vie après la vie. (Parce je préfère voir la mort comme une étape non définitive.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.