Écrire un roman, c’est aussi faire face à une montagne de conseils et d’astuces, à cette sorte d’injonction à la productivité et au besoin de bien faire. Aujourd’hui, je vous livre mes quatre déclics pour écrire un roman et en finir avec quelques idées reçues. (Et avoir une approche plus sereine de l’écriture.)

Mes déclics pour écrire un roman

Quatre déclics pour écrire un roman

J’ai quatre déclics pour écrire un roman. Bien sûr, vous pourrez en trouver d’autres ailleurs, et c’est tout à fait normal : chaque auteur·rice est différent·e et usera de méthodes, de procédés différents.

  1. Disposer de plus de temps n’équivaut pas à écrire plus : au contraire, même. Plus le cerveau sait qu’il dispose de temps devant lui, plus il traînera
  2. Le temps n’est pas une contrainte, mais un précieux allié : une organisation qui correspond à vos envies, à vos besoins et à vos limites vous permettra de mieux connaître le temps dont vous disposez réellement
  3. Une méthode qui fonctionne pour les un·e·s ne fonctionne pas pour tou·te·s : commencez par appliquer les conseils qui vous parlent le plus et qui correspondent le plus à l’idée que vous vous faites de l’écriture
  4. Se donner les moyens d’y arriver : écrire porte fermée, séparer l’écriture du personnel, écrire régulièrement… sont autant de moyens pour y arriver, mais, évidemment, vous trouverez les vôtres, et ils vous correspondront encore mieux !

Pourquoi développer des déclics pour écrire un roman ?

Écrire un roman, c’est beaucoup affaire de déclics. On a un déclic pour le déblocage d’une scène, un autre pour l’introduction d’un personnage, encore un pour la résolution d’un arc narratif… Les idées aussi sont des déclics. Une succession de déclics qui, assemblés d’une façon ou d’une autre, composent le début d’un tout.

Puisqu’écrire est beaucoup affaire de déclics, pourquoi ne pas en développer quelques-uns pour la pratique en tant que telle, c’est-à-dire tout ce qui concerne l’auteur·rice, plutôt que le roman, son intrigue, ses personnages, etc. ?

Vers des mécanismes qui correspondent à l’auteur·rice

Mécanisme : combinaison d’éléments ou d’opérations qui permet le fonctionnement d’une activité.

Quelle est la combinaison qui fonctionne sur vous ? Celle qui vous permet de vous lancer dans votre session d’écriture et de n’en sortir qu’à la fin du décompte ? Vous êtes-vous déjà posé la question ?
Certain·e·s se préparent une boisson chaude ou allument une bougie. D’autres, comme moi, écrivent dans un journal pour débarrasser leur esprit de toute pensée susceptible de parasiter leur travail. Ce rituel est la combinaison d’éléments ou d’opérations qui permet le fonctionnement d’une activité dont parle ma définition, plus haut. C’est grâce à ce rituel que le cerveau se met dans les conditions nécessaires à l’écriture. C’est, en quelque sorte, une facilité, un procédé grâce auquel les choses paraissent plus simples. Aussi, il est important que vous instauriez des mécanismes qui vous correspondent à travers

  • vos envies
  • vos besoins
  • vos limites.

Pour déterminer les mécanismes qui vous correspondent

J’ai un exercice très simple qui vous aidera à déterminer les mécanismes qui vous correspondent. Il vous suffit de répondre aux questions suivantes :

  • De combien de temps disposez-vous réellement chaque jour ? Cette donnée change-t-elle selon les semaines ?
  • Quels créneaux d’écriture hebdomadaires pouvez-vous mettre en place concrètement ? (C’est-à-dire pour une session d’écriture d’au moins vingt minutes sans interruption)
  • Quels conseils avez-vous déjà appliqués ? Lesquels ont fonctionné ? Lesquels n’ont pas fonctionné ? Pour quelle(s) raison(s) ?
  • Quelles sont vos conditions d’écriture ? Que vous apportent-elles ? De quelle(s) mauvaise(s) habitude(s) pouvez-vous vous débarrasser ?
N’hésitez pas à récupérer la fiche correspondante si vous souhaitez imprimer cet exercice.

Ce sont vos déclics qui façonnent votre écriture

Ce sont vos déclics qui façonnent votre écriture, votre rapport à elle et la façon dont vous vous percevez vis-à-vis d’elle. Accumuler les conseils et les tester sans préalablement réfléchir à la façon dont ils pourraient améliorer votre quotidien d’auteur·rice revient à mélanger des ingrédients d’une recette sans checker avant qu’on les a tous dans les placards. Un conseil ne s’applique pas à la légère, car un conseil qui ne vous correspond pas (temps disponible, vie quotidienne, travail alimentaire…) est un conseil qui ne sert à rien. Pire, il pourrait vous dégoûter de l’écriture parce que vous ne verriez pas les résultats pourtant présentés par d’autres auteur·rice·s.
Choisissez méticuleusement les conseils que vous souhaitez mettre en place en vous basant sur l’exercice proposé dans cet article. Essayez-les d’abord sur le court terme, prenez des notes sur ce que vous pourriez améliorer. Persévérez sur le long terme et instaurez les modifications auxquelles vous avez pensé plus tôt. Enfin, dressez un bilan et voyez ce qui n’a pas fonctionné autant que ce qui a fonctionné. Avoir les bons déclics pour écrire un roman est essentiel pour entretenir la motivation, la concentration et l’organisation.

Cet article a été initialement proposé sur mon Patreon, le 24 avril 2021. Rejoignez-nous pour bénéficier d’articles en avant-première et d’autres ressources !

Aude Réco

Je suis autrice et créatrice de contenus sur internet. Je publie au sein de maisons d’édition comme en autoédition. (Petit caveau, Voy'el, Rocambole.)
Mon genre de prédilection est le fantastique. (Avec une préférence pour le gothique.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.