RÉUSSIR LES DESCRIPTIONS DE SON ROMAN


Réussir les descriptions de son roman est un exercice délicat, que l’on débute dans l’écriture ou non. Pour être sûr·e de ne pas me planter, j’ai quelques astuces.

Ce qu’implique de réussir les descriptions de son roman

Réussir les descriptions de son roman

Les descriptions englobent les émotions, les décors et les personnages. Elles impliquent de donner vie au récit et ne pas avoir l’impression que les personnages restent figés.

Jusque-là, ça va, on gère. Moins quand on pose les premières lignes de son texte, quand il faut introduire le contexte (voire l’univers), un personnage ou deux et poser les enjeux. Réussir les descriptions de son roman est un défi de tous les instants, qui implique de suivre ses personnages à la trace pour ne pas perdre le fil de leurs déplacements.

Deux astuces pour réussir les descriptions de son roman à coup sûr

Les descriptions de son roman peuvent vite s’apparenter à un mêli-mélo d’informations plus ou moins importantes, plus ou moins utiles. Faisons le point sur deux astuces qui fonctionnent.

Visualiser le récit

Ici, plus que d’une astuce, il s’agit d’un conseil de Stephen King : visualiser le récit. (Et savoir faire la différence entre images et idées, car les idées ne parlent pas aux lecteur·rice·s.)

Quand on parle d’idée, on pense plutôt à un concept, une pensée ou une opinion, là où une image peut être comparée à une reproduction. La reproduction d’un décor que l’on imagine, d’un déroulé… Une idée sera plus difficilement perçue par les lecteur·rice·s. Elle ne suscitera aucune émotion. C’est ce qu’il se passe dans votre tête que vous devez décrire.

Lire aussi “Écrire les émotions : touchez vos lecteur·rice·s”.

Du plus général au moins général

Mon astuce personnelle pour réussir les descriptions de son roman est de partir sur les descriptions plus globales, avant de se concentrer sur les détails.

Ainsi, vous décrirez d’abord la place du marché, avant de vous intéresser à un étal ou un·e promeneur·se en particulier. Vous commencerez par la vue et l’ouïe (produits exposés et conversations alentour), enchaînerez avec l’odorat (quelqu’un teste un parfum), le toucher (la proximité avec les gens) et finirez, éventuellement, avec le goût. (Si une dégustation est proposée, par exemple.)

Vous n’êtes absolument pas obligé·e d’employer les cinq sens dans chacune de vos scènes. Je vous le déconseille même, à moins de vouloir gaver votre lecteur·rice d’informations dont iels ne saura sûrement pas quoi faire.

Regarder aussi “Commence ton roman : par où commencer ?”

Rendre un texte vivant

Les descriptions font partie des éléments qui rendent un texte vivant. Elles doivent être harmonieuses avec le récit, mais, aussi, à la lecture. C’est toute une musicalité qui se met en place au rythme des va-et-vient, des lieux et des émotions. Dans l’idéal, elles ne surchargeront pas le texte et n’entraveront pas l’intrigue. Oui, c’est délicat et minutieux. Oui, cela nécessite souvent de s’y prendre à plusieurs reprises.

S’il s’agit là d’un exercice que vous souhaitez travailler, inscrivez-vous à l’atelier d’écriture créative du jeudi 24 septembre, de 20 à 22 heures sur Discord.

AUDE RÉCO

Autrice • blogueuse • YouTubeuse

30 ans, autrice dans les genres de l’imaginaire et la romance. Publiée au Petit caveau, chez Rocambole et à mon compte, j’ai écrit une vingtaine de romans et novellas, dont certains ont reçu des prix. (Vampires & Sorcières 2014 et un Watty Award en 2019.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.