Vous avez très certainement déjà entendu parler du Miracle Morning, ce phénomène mondial qui prône non pas le « lever tôt », mais le « lever plus tôt », et (qui) a gagné en popularité en 2016. Peut-être même vous a-t-il déjà tenté·e ? Si tel n’est pas le cas, quelques questions s’imposent, comme chaque fois que l’on prend une décision et cherche (à parfaire) une méthode.

Le Miracle Morning : le secret d'une matinée productive ?

Personnellement, je me méfie des solutions miracles, mais certain·e·s s’approprient un procédé qui a fait ses preuves, mais personne, nulle part, ne peut parler au nom de tou·te·s. Une méthode non plus.

LE MIRACLE MORNING, EN QUOI CELA CONSISTE-T-IL ?

Le Miracle Morning est une routine qui consiste à stimuler sa productivité. Se lever plus tôt que les autres pour assurer l’accomplissement de certaines tâches. Écrire en fait partie. Se (re)mettre au sport aussi.

Miracle Morning

 

Le Miracle Morning permet, dans le meilleur des cas, d’adopter une nouvelle habitude de façon durable. (Et c’est, à mon sens, le point crucial.)

Il faut en moyenne 21 à 30 jours pour s’adapter à une nouvelle routine et l’intégrer complètement à sa vie. Sauf que la moyenne ne représente pas tout le monde, que certain·e·s mettent déjà en application une sorte de Miracle Morning sans le savoir et que « miracle » est peut-être un chouïa exagéré.

LE MIRACLE MORNING PORTE-T-IL BIEN SON NOM ?

Si le secret d’une matinée productive consistait à faire, avant huit heures, tout ce que l’on se promet toujours d’accomplir sans jamais s’y atteler ?

Déjà, nous savons tou·te·s que Rome ne s’est pas bâtie en un jour ; votre nouvelle routine non plus, même avec le mot « miracle » dedans. Temps d’adaptation, choix des tâches et durée du réveil s’avéreront de précieux alliés, mais aussi de sacrés emmerdeurs.

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE DU MATIN…

La première question qui me vienne à l’esprit quand je pense au Miracle Morning, c’est : peut-on devenir du matin ?

On se lève, le plus souvent, par la force des choses pour aller au travail, amener les enfants à l’école, sortir le chien… Beaucoup aimeraient se recoucher une fois les enfants à l’école ou l’affaire du chien rondement menée. Certain·e·s se recouchent d’ailleurs, dès que leur routine du matin s’achève. Une routine pas toujours appliquée à la lettre, pas toujours suivie jusqu’au bout.

Il conviendrait alors de se demander ce que nous apporte le Miracle Morning, dans le sens où se rendormir au bout de deux heures, par exemple, n’a rien de très productif. L’idée du Miracle Morning est clairement de continuer sur sa lancée, profiter de ces quelques heures bien à soi et en tirer des bénéfices, quels qu’ils soient.

LE RÉVEIL AVANT L’HEURE

Cependant, le réveil avant l’heure, ça pique, et ça arrive même aux habitué·e·s. Une mauvaise nuit, des décisions à prendre, des tensions ou un mauvais alignement des planètes auront raison d’une motivation en acier trempé. Tandis que certain·e·s se lèvent vaille que vaille, comme moi, d’autres abuseront de la fonction « Snooze » de leur réveil.

Il existe bien deux ou trois astuces pour ne pas s’y laisser prendre. Programmer le réveil un peu plus tôt pour s’accorder le temps d’émerger et l’installer à l’autre bout de la chambre pour se forcer à se lever en font partie. C’est toutefois oublier sans l’incroyable volonté de quelques-un·e·s en matière d’échéance repoussée. Le Miracle Morning cherche justement à vous confronter à vos sales manies. À vous de surmonter vos difficultés !

TROUVER SON RYTHME ET ÉPROUVER SES LIMITES

Si vous souhaitez instaurer une (nouvelle) routine matinale, il faudra vous en donner les moyens. Sport, méditation, lecture… Trouvez-vous une carotte, fixez vos objectifs (réalisables) et lancez-vous. Si ça ne fonctionne pas, recommencez. Ne vous imposez pas ce que les autres font pour attaquer la journée. La méditation réussit à certain·e·s et gonfle prodigieusement les autres. La lecture dépendra de votre état d’esprit et le sport au tomber du lit peut décourager.

Lire aussi “Écrire n’est pas souffrir : le bien-être dans l’écriture”.

Personnellement, je commence ma journée par trente minutes de lecture parce que le soir, je n’ai pas l’esprit suffisamment calme. (Ce qui explique ma séance de relaxation quotidienne avant de filer au lit.) Une bonne respiration permet de me détendre et mon corps en a bien besoin ! Car écrire est aussi une source inépuisable de douleurs (tendinites, cervicalgies, dorsalgies, céphalées…), il convient d’écouter celui auquel on soumet tous ces inconvénients : son corps. Il est donc primordial d’avancer à votre rythme et d’évaluer vos propres limites.

LA THÉORIE DU VERRE À MOITIÉ PLEIN

L’écriture n’est pas une cource, ni de rapidité ni de réussite. Échouer à un défi tel que le NaNoWriMo (un exemple parmi d’autres) ne signifie pas que vous êtes un·e incapable. Ne dit-on pas qu’un « échec est un succès si l’on en retient quelque chose » ?

Je citerai aussi ce conseil, que je trouve formidable, de Jennifer Egan, publiée chez Points : « La seule façon d’écrire régulièrement, c’est d’accepter de mal écrire. » Corps et esprit, même « combat », celui d’apprendre à les connaître plutôt que forcer.

 

Il est, à mon sens, indispensable de se découvrir en tant qu’auteur·e, avant de se consacrer à une saga en trouze mille tomes. Pas parce qu’un·e jeune auteur·e en est incapable – ça, ce sera à chacun·e de le déterminer. Ou alors, pour se faire la main, prendre des habitudes, s’allouer le temps nécessaire.

Et vous, pratiquez-vous le Miracle Morning consciemment ou entretenez-vous une routine matinale qui y ressemble ?

Le Miracle Morning : le secret d’une matinée productive ?
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.