Contrairement au fusil de Tchekhov et au hareng rouge, la méthode Save the cat n’est pas une technique narrative, mais un procédé de planification scénaristique. (Que l’on doit à Blake Snyder dans le livre du même nom.) Elle consiste en quinze temps forts, que nous allons décortiquer dans cet article. J’ajouterai aussi l’équivalent des pourcentages, calculés pour un roman de 50000 mots. (La base.)

À noter que par sa structure, la méthode Save the cat est assez proche de celle de la méthode flocon, avec ses trois actes.

  1. L’introduction (0 à 1 % du roman / 500 mots) : il s’agit, comme son nom l’indique, d’introduire les premiers éléments de l’histoire, de « poser les choses ». C’est une invitation à entrer, mais surtout, à rester
  2. L’annonce du thème (5 % du roman / on atteint les 3000 mots) : c’est le moment d’indiquer sur quoi vous développerez l’histoire. Quels en seront les grands thèmes ? Annoncez la couleur
  3. La mise en place de l’histoire (1 à 10 % du roman / on atteint les 5000 mots) : présentez l’univers. Le héros s’ennuie, il cherche quelque chose, quelqu’un… C’est une sorte d’introduction à l’élément déclencheur, comme une prédisposition
  4. Le catalyseur (10 % / on atteint les 5000 mots) : ici, on parle de l’élément déclencheur que j’ai cité juste au-dessus. Le héros se trouve dans une situation à cet instant précis, et l’élément déclencheur va le pousser à agir. (Dans le sens qui lui convient ou en l’y forçant
  5. Le débat (10 à 20 % / on atteint entre 5000 et 10000 mots) : le héros hésite. Le changement est dur à accepter pour lui, alors, il prend le temps de réfléchir (bénéfices, conséquences, complications, facilités…)
  6. L’entrée dans l’acte 2 (20 % / on atteint les 10000 mots) : le héros a pris sa décision (d’où l’existence de l’acte 2)
  7. L’intrigue secondaire (22 % / on atteint les 11000 mots) : l’intrigue secondaire s’installe, avec d’autres personnages, une romance…
  8. Humour et péripéties (20 à 50 % / on atteint entre 10000 à 25000 mots) : actions et intrigues sont relancées par des rebondissements, ce moment tient lieu de promesse faite dans le résumé du roman
  9. Le climax médian (50 % / on atteint les 25000 mots) : c’est la fausse victoire, le personnage se trompe en pensant avoir gagné
  10. Le retour des méchants (50 à 75 % / on atteint entre 25000 et 37500 mots) : on glisse vers la résolution avec des révélations, une défaite ou une déception qui mèneront le héros vers l’abattement
  11. Tout est perdu (75 % du roman / on atteint les 37500 mots) : c’est une fausse défaite (après la fausse victoire de l’étape 9)
  12. Le fond du trou (75 à 80 % du roman / on atteint entre 37500 et 40000 mots) : ici, le héros ne peut que remonter, puisqu’il est au plus bas
  13. L’entrée dans l’acte 3 (80 % / on atteint les 40000 mots) : le héros trouve la solution qui lui permettra de résoudre son problème
  14. Climax (80 à 99 % / on atteint entre 40000 et 49500 mots) : le héros résout son problème
  15. La fin (99 à 100 % / on boucle le roman) : le héros a résolu son problème, il a aussi changé.

Si vous souhaitez découvrir ma méthode flocon revue et augmentée, rejoignez les Bulles créatives et récupérez mon livret complet (21 pages) dès votre inscription !

J’aborde aussi la méthode Save the cat (plus en profondeur) dans mon guide d’écriture : 3 mois pour écrire un roman. Pensez à vous inscrire sur la liste d’attente pour être informé·e de sa sortie. (Promis, je ne vous enverrai qu’un seul email.)

Aude Réco

Je suis autrice dans les genres de l’imaginaire et la romance à destination des adultes et des jeunes adultes.

Mes fictions ont un but divertissant, tout en abordant des thématiques qui me sont chères, sans forcément verser dans la morale : passé, identité, famille, différence, vie après la vie. (Parce je préfère voir la mort comme une étape non définitive.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.