Écrire un roman grâce au journaling, ça paraît un peu perché comme idée, non ? Au mieux, on n’y pense pas. Et pourtant, je suis certaine qu’une pratique régulière pourrait vous aider à écrire votre roman. De quelle manière ? De quelleS manièreS, plutôt. Pour y répondre, je vous ai préparé un live aux petits oignons avec une présentation succincte du journaling, les bénéfices que j’en tire dans mon quotidien d’autrice et quelques exercices rapides. Si vous avez loupé ce live, le replay est disponible sur ma chaîne YouTube. (Pensez à poucifier, à partager…) (Un résumé du live est disponible sous la vidéo.) C’est parti mon Champi !

Le journaling désigne le fait de tenir un journal, simplement. Je pratique depuis un peu plus d’un an, et aujourd’hui, je peux dire que ce journal m’est très utile dans mon quotidien d’autrice pour

  • faire le point sur mes projets en cours (sous la forme de bilans ou juste de listes à puce)
  • utiliser mes faiblesses à mon avantage (coucou, 18 minutes pour être efficace !)
  • entretenir une relation positive avec l’écriture
  • poser des réflexions sur un projet en cours (comme je le fais beaucoup, en ce moment, avec l’écriture du Vieux Veilleur)
  • réfléchir sur une lecture, sa narration, la gestion de ses personnages…

Je peux aussi utiliser mon journal pour de la simple prise de notes, pour une liste d’articles que j’aimerais écrire pour le blog… La seule condition est « pas de contrainte ». Si je n’écris pas tous les jours, ce n’est pas grave. (On est donc assez éloigné du modèle des trois pages quotidiennes préconisé par Julia Cameron dans Libérez votre créativité.) L’idée, comme pour l’écriture, est d’être régulière. C’est ma régularité qui fait la fluidité des entrées de mon journal et la venue naturelle des sujets.

Enfin, tenir un journal, c’est aussi développer mon esprit critique sur ma propre écriture, mais aussi sur celle des autres, sur des œuvres que j’ai pu lire ou voir, sur des sujets d’actualité.

Écrire un roman grâce au journaling ?

Aude Réco

Je suis autrice dans les genres de l’imaginaire et la romance à destination des adultes et des jeunes adultes.

Mes fictions ont un but divertissant, tout en abordant des thématiques qui me sont chères, sans forcément verser dans la morale : passé, identité, famille, différence, vie après la vie. (Parce je préfère voir la mort comme une étape non définitive.)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.