Je fais suite à cette réflexion que j’avais eue au début du mois, à propos de ma volonté de reprendre les rennes de ce blog comme un carnet d’expériences et de processus créatif ouvert à tou·te·s. (Ce qu’il était censé être à la base.)

Lire ou relire “Juin, ce renouveau”.

Dans cette bulle créative, je m’interrogeais sur l’intérêt de ma présence sur Twitter.  J’écrivais alors « Au vu du nombre de mes abonné·e·s et celui des likes et retweets, puis-je dire que mon contenu les intéresse ; puis-je seulement dire qu’iels voient le contenu que je poste ? » Force est de constater que je n’ai toujours pas la réponse.

M’est alors venue l’idée de prendre le problème sous un angle différent, non plus celui de savoir si j’apporte effectivement quelque chose à mes abonné·e·s, mais si elleux m’apportent quelque chose. Malheureusement (et au risque d’en décevoir certain·e·s), non. Je galère à trouver du contenu qui m’intéresse vraiment, comme des recommandations de livres qui correspondent à ce que j’aime (et pas de la recommandation de masse comme le font certain·e·s Booktubeur·se·s), des articles qui remettent en question ce que je crois savoir de l’écriture, des discussions qui ne soient pas du clash à gogo…

Je songe donc de plus en plus à fermer mon compte Twitter, comme j’ai fermé mon compte Facebook fin mars 2021. Le fermer pour me réapproprier ce blog me paraît un cheminement logique. Déployer de l’énergie pour créer, plutôt que pour m’adresser à des courants d’air aussi. Et je sais qu’après ça, ma capacité à créer comme avant internet et les réseaux sociaux pourra revenir. (Pour Instagram et YouTube, c’est différent. Sur Insta, je prends mes propres photos, je fais des tests, c’est de la création. Sur YouTube, je vlogue, entre autres, et c’est également de la création. Ce sont deux canaux d’expression que j’adore, alors, je ne me vois pas fermer les comptes associés à ces canaux.)

Je m’accorde l’été sur ce blog (à raison d’un article quotidien) pour peser le pour et le contre, notamment de la visibilité liée à mon Twitter. Ensuite, je dresserai un bilan selon lequel je fermerai mon compte ou non.

Déployer de l'énergie sur les réseaux sociaux vs. pour créer

Aude Réco

Je suis autrice et créatrice de contenus sur internet. Je publie au sein de maisons d’édition comme en autoédition. (Petit caveau, Voy'el, Rocambole.)
Mon genre de prédilection est le fantastique. (Avec une préférence pour le gothique.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.