L’écriture par l’écriture. Cela vous paraît un poil cryptique ? Flou ? Il s’agit seulement d’améliorer mon processus créatif par l’écriture. Aujourd’hui, je vous parle de non-fiction et de comment mon journal d’auteure m’aide à cerner mes défauts en écriture.

Mon journal d'auteure : l'écriture par l'écriture

La majorité des articles de ce blog  a, en premier lieu, émergé de mon journal d’auteure. La majorité des articles de ce blog dédiés à l’écriture a d’abord été le sujet d’une réflexion dans mon journal d’auteure.

À quoi me sert-il, plus précisément ? Qu’est-ce que j’y note exactement ? Pourquoi m’est-il utile dans la vie de tous les jours, en tant qu’auteure ?

UN JOURNAL D’AUTEUR·E : QU’EST-CE QUE C’EST ?

Certain·e·s l’appellent aussi « journal d’écriture », mais le principe reste le même : noter ses pensées, en tant qu’auteur·e pour pouvoir les relire plus tard. Il peut s’agir de conseils pour la version future de soi-même, de processus créatif à expérimenter, de notes pour expérimenter une nouvelle méthode… C’est absolument comme chacun·e veut, tant que ce journal permet à l’auteur·e de se construire et qu’il apporte quelque chose à son écriture.

UN CONTENU PLUS OU MOINS STRUCTURÉ

Parmi les habitué·e·s au journal d’auteur·e, beaucoup jettent sur papier des réflexions sur l’instant. Il s’agit essentiellement d’une prise de notes sur laquelle iels reviendront plus tard, avec un regard neuf, et peut-être plus d’expérience ou de recul.

Pour ma part, je concentre mon journal d’auteure sur du contenu structuré. Le plus souvent, je ne touche presque pas aux articles de blog qui en découlent. (J’en remanie les phrases, peaufine les détails et ordonne les idées au besoin.)

D’autres utilisent leur journal d’auteur·e pour structurer leurs textes, réunir plans et fiches en un seul endroit. Il s’agit, ici, d’offrir une vue d’ensemble sur les travaux en cours, pas de porter une réflexion sur son écriture.

Enfin, on peut aussi employer son journal d’auteur·e comme un journal intime d’écriture. Certain·e·s y écrivent un peu, avant d’entamer une session d’écriture : un court texte, les objectifs du jour, To-Do List en tout genre…

LE JOURNAL D’AUTEUR·E

Carnet d’idées, avancement de projets, écriture automatique, le journal d’auteur·e s’adresse aux personnes désireuses de se construire par rapport à l’écriture ou d’apprendre à mieux se connaître.

Les possibilités qu’offre un journal d’auteur·e sont très variées. On peut y noter ses inspirations, compléter un tableau des avancées (presque aussi efficace qu’un carré de chocolat à chaque quota de mots bouclés et moins cher !), rendre compte de ses sentiments vis-à-vis d’une session d’écriture, en analyser le contenu et les moyens mis en place pour y parvenir.

Blogounet (que je tiens depuis dix ans sous des formes diverses et variées) m’a toujours servi de journal d’auteur·e. Seulement, je ne l’avais pas encore réalisé jusqu’à l’année dernière. Comme j’ai de plus en plus besoin d’extérioriser mes ressentis par rapport à l’écriture (parce qu’elle me comble et me pourrit la vie dans une même mesure), j’ai trouvé que le journal d’auteur·e était un super compromis. Il m’a néanmoins fallu du temps avant d’en tirer les bénéfices que j’espérais.

Quand je relis des articles de mon ancien blog (qui n’est pourtant pas si vieux), je m’aperçois d’une grande différence dans ma perception de l’écriture. Je vois le métier autrement, avec un regard plus expérimenté, plus critique. Des procédés qu’il me paraissait naturel de suivre à l’époque sont totalement dépassés. C’est normal, mais c’est essentiellement en ayant gardé une trace de ces articles qu’aujourd’hui, je suis en mesure de retracer concrètement le chemin parcouru.

MON JOURNAL D’AUTEURE

Je considère mon journal d’auteure comme une continuité à mon blog d’avant, celui qui voyait défiler des articles dans le plus grand désordre. Aujourd’hui, je structure le blog par rapport à mes réflexions du moment. Quand je ne peux pas publier pour des raisons de quota hebdomadaire déjà rempli, je poste une vidéo. (Je tiens à conserver ce rythme d’un article par semaine, tant pour des raisons de temps – le mien et le vôtre – que de fréquence.)

Normalement, les articles du blog découlent, plus qu’avant, d’une réflexion actuelle que j’ai conduite dans mon journal d’auteure. Je reviens sur certains points de l’actualité littéraire/écrituresque ou fais part de méthodes nouvellement acquises. Il est devenu un vrai outil de travail. Je m’en sers surtout comme d’un fil rouge sur mon écriture. Il me permet de relativiser, faire le point, anticiper… S’il m’est utile aujourd’hui, je sais qu’il le sera encore demain, car mon écriture évoluera toujours. Mon rapport à elle aussi. (Et peut-être sera-t-il moins chaotique ?)

 

Et vous, utilisez-vous un journal d’auteur·e ? Qu’y notez-vous ? Allez-vous au-delà de la seule prise de notes et consolidez-vous votre écriture par ce biais ?

Lire aussi “Méthodologie : les Bullet Journal” chez Iel était une fois.

Mon journal d’auteure : l’écriture par l’écriture
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *