C’est une nouvelle qui attendait de tomber depuis un peu plus d’un an : Les Sempiternels s’apprêtent enfin à envahir vos liseuses et l’auteure en moi trépigne d’impatience. Rendez-vous le 24 décembre, chez Walrus.

Vis ma vie d'auteure - Les Sempiternels

 

Une course-poursuite avec une cité volante, un accrochage et un atterrissage forcé dans le désert de Pue-la-mort. Et comme ça peut toujours être pire, des machines dotées d’un cœur et d’une âme se réveillent pour réclamer l’immortalité qu’on leur avait promis.

CE QUI PEUT SORTIR DE LA TÊTE DE L’AUTEURE

Couverture et résumé ont déjà été dévoilés sur les réseaux sociaux, et les services-presse sont disponibles sur le compte Simplement.pro de Walrus. (Jusqu’au 31 décembre.)

Se rendre sur le Simplement.pro de Walrus.

Les Sempiternels - image par Tithi Luadthong
Les Sempiternels – image par Tithi Luadthong

Depuis la dernière guerre, on croyait les Sempiternels endormis : ces créatures mécaniques, douées d’une âme et d’un cœur, reposaient inertes et loin des hommes dans le désert de Pue-la-Mort. Mais les Sempiternels n’ont pas dit leur dernier mot, et l’heure du réveil a sonné. C’est en tout cas ce dont la baronne Alexandra Milael Noble est persuadée.

Car Alex n’est pas le genre de baronne à user les fauteuils des salons : pour elle, l’aventure et le risque sont une seconde nature. Épaulée par Majidah, sa domestique qui depuis le temps n’en est plus vraiment une, la quadrilleuse enchaîne les missions dangereuses pour le compte des autorités à bord du Vagabond, son aéronef. Mais un abordage périlleux précipite l’appareil sur Pue-la-Mort et confronte la baronne à une révélation terrible.

 

 

L’AUTEURE POST-ÉCRITURE

Depuis quelques jours, l’auteure planquée derrière son ordinateur continue de s’y planquer, mais en s’activant du côté des services-presse. Sachez que, dès maintenant, ils seront dédicacés, alors si vous tenez un blog de chroniques, pensez-y !

« L’auteure post-écriture », c’est aussi beaucoup de plaisir à retrouver le milieu de l’édition traditionnelle, largement mis de côté depuis 2014-2015. Franchement, il était temps. C’est une chose de vouloir s’autoéditer, mais travailler avec d’autres personnes, ça vous remet certaines perspectives à l’endroit.

Je suis sacrément étonnée du nombre de partages, pouces en l’air et cœurs en matière d’attente du livre. (Ce qui me conforte dans l’idée qu’avec l’éditeur adéquat, plus qu’avec l’autoédition, un livre peut bénéficier d’une visibilité qui lui sera, je l’espère, profitable.)

L’AUTEURE ANTÉ-ÉCRITURE

Avant de parvenir à ce résultat, il y a eu les corrections éditoriales – évidemment ! – et 2-3 petites choses se mettent en place en coulisse.

 

Corrections éditoriales pour Walrus. #corrections #publication #pulp

Une publication partagée par Aude Réco (@aude.reco) le

CE QUI SORT DE TOUT CE TRAVAIL

Il en ressort surtout que le NaNoWriMo a été un semi-échec, mais j’y reviendrai, car je me suis lancée sans trop m’investir. Étant néanmoins dans les corrections éditoriales, j’ai décidé de boucler 2017 avec des corrections basées sur les retours de mes bêta-lecteur·trice·s. Début 2018, ce seront donc trois manuscrits qui partiront chez les éditeurs.

L’AUTEURE AUTOÉDITÉE

Comme je l’écrivais dans un précédent article dédié au NaNoWriMo 2017, l’auteure en moi dit souvent qu’on ne la reprendra plus à s’autoéditer, mais elle récidive toujours. J’ai cependant décidé de lever le pied : une sortie autoéditée par an, des contreparties plus adaptées pour mes Tipeur·se·s et une promo plus large au sein des Hybrides. (Qui se mettra réellement en place l’année prochaine, nos vies respectives étant ce qu’elles sont actuellement.)

 

D’ici tout ça, on se donne rendez-vous le 24 décembre pour la sortie des Sempiternels. Si vous aimez le pulp, le steampunk, les intrigues à cent à l’heure et les héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux, cette novella est pour vous !

Vis ma vie d’auteure : Les Sempiternels, chez Walrus
Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *